loader

Mini-stage jardin potager urbain en permaculture

Comment :

- mieux gérer les déchets, la consommation d'énergie, les ressources en eaux?

- aménager son lieu de vie et y intégrer un jardin-potager écologique et peu coûteux?

- produire des légumes et des fruits chez soi tout au long de l'année sans se fatiguer?


Tarif : 15€/p. (7 max.)

Durée : 2 h

Prochaines dates : 25 oct. et 8 nov.

Page Facebook
loader

Atelier Jardin collectif

Atelier régulier encadré par 1 animateur pour 1 à 12 participants, souhaitant pratiquer le jardinage, concevoir et aménager leur propre jardin-potager, au sein d'institutions telles que : centres d'hébergement, écoles, hôpitaux, ehpad, pensions, tiers-lieux, etc.

Contacts

JARDINER, UNE ACTIVITÉ BÉNÉFIQUE POUR TOU.TE.S!

"DES CHERCHEURS ONT DÉCOUVERT QUE LE JARDINAGE EST UN ANTI-DÉPRESSEUR NATUREL :

Les amateurs de jardinage vantent la longue liste des avantages qui incluent la réduction du stress et l’amélioration de l’humeur. Mais, pourquoi arrêter là?

Les experts affirment que jardiner, respirer l’air frais et s’exposer aux rayons du soleil aide ceux qui souffrent de dépression. Cela est dû aux micro-organismes qui sont présents dans le sol.

Les microbes antidépresseurs dans le sol

La Mycobacterium vaccae (M. vaccae) est une bactérie présente naturellement dans la saleté et le sol et active la libération de sérotonine et de dopamine dans le cerveau.

Ensemble, ces neurotransmetteurs envoient des messages chimiques dans le cerveau: la dopamine affecte vos émotions par des sensations de plaisir et de douleur, tandis que la sérotonine régule notre humeur, notre comportement social, notre libido, notre mémoire et notre sommeil.

Quand on jardine, ces micro-organismes sont absorbés dans votre peau et sont inhalés à chaque respiration. En entrant dans la circulation sanguine et le système respiratoire, cela stimule votre humeur et soulage vos douleurs.

La relation entre ces microbes du sol et l’élévation de l’humeur a été découverte par accident. Initialement administrée comme stimulant du système immunitaire à des patients atteints de cancer du poumon, la M. vaccae a dépassé les attentes de l’oncologue Dr Mary O’Brien.

Selon O’Brien, non seulement les bactéries microbiennes vaccae ont amélioré leur système immunitaire, mais les patients ont également noté un coup de pouce non négligeable dans leur bonheur, leur vitalité et le soulagement de la douleur.

Étude: les organismes du sol et leur rôle

Selon une étude menée par les neuroscientifiques Dorothy Matthews et Susan Jenks, publiée dans le Journal Behavioural Processes, «manger, toucher et respirer un organisme du sol peut être lié au développement de notre système immunitaire et de notre système nerveux. »

Cette recherche a été menée sur des souris, auxquelles on a administré la M. vaccae et fait passer une série de tests comportementaux. Non seulement les souris étaient moins anxieuses, mais cela a également stimulé leur fonctionnement cognitif – elles ont traversé un labyrinthe deux fois plus vite que leurs homologues du groupe placebo qui n’ont pas reçu de micro-organisme.

Selon Matthews, ces résultats établissent les bases des pratiques scolaires des adolescents, «Il est intéressant de supposer que la création d’environnements d’apprentissage dans les écoles qui incluent de passer du temps à l’extérieur où la M. vaccae est présente peut diminuer l’anxiété et améliorer la capacité d’apprendre de nouvelles tâches. »

Ces bactéries sont un produit de la génétique et du mode de vie, en interaction avec l’ensemble de notre corps, allant de nos poumons à notre intestin. Selon Rook, le manque d’exposition aux microbes est le lien entre l’augmentation des problèmes de santé chroniques, dont les carences en auto-immunité et la dépression.

Cette relation cerveau-intestin se révèle être le lien entre le jardinage et la santé mentale.

Salissez-vous: jardinez pour votre cerveau

Les avantages du jardinage sont nombreux. Non seulement c’est une activité exceptionnelle à intégrer dans votre routine quotidienne, mais il y a également une libération de neurotransmetteurs heureux indéniable.

Le jardinage est un bon investissement pour votre bien-être mental."


Source : https://www.sain-et-naturel.com/le-jardinage-antidepresseur-naturel.html?fbclid=IwAR0iySCQ1vA_rsGH6rZVivw_hdE8kiWH5IBePcaif7Rx7ZrJ5eZST9Shtok

loader

Atelier mené auprès d'adolescents du service d'accueil de

jour du Dr Da Fonseca à l'Hôpital Salvator (Marseille)

Atelier mené avec les résidentes du CHRS de Saint-Louis (Marseille)

loader

L'atelier et ses objectifs

Activité tout public d’une durée minimale d’une heure et demie, encadrée par un à deux animateur(s) pour un groupe de deux à douze personnes, dont la régularité peut varier selon les cas et selon les saisons.

Cet atelier, à la portée écologique, pédagogique, sociale et thérapeutique a pour principaux objectifs et moyens :

- la conception, l’aménagement, et la planification de jardins participatifs en milieu urbain et péri-urbain : dans l’espace public, les écoles, les hôpitaux, les pensions de famille, les pensions de retraite, les centres d’hébergement, sur les toits, les terrasses, en bas des immeubles, dans les friches, etc.

- les animations pédagogiques des jardins autour de différents thèmes (fruits et légumes du potager, herbes aromatiques, insectes pollinisateurs, etc.), et les croisements qui peuvent être faits avec d’autres activités ou pratiques (apiculture, cuisine, vannerie, langue des signes, etc.).

- la sensibilisation au respect de l’environnement et des saisons, à une alimentation saine, et la forma- tion au jardinage, voire au maraîchage, à la connaissance des plantes, à la valorisation des récoltes, mais aussi des déchets, notamment par le compostage, etc.

- le bien-être et le développement personnel des participants.

2/ LES OBJECTIFS

2.1 - Objectif écologique

Améliorer et préserver notre environnement :

- en végétalisant des sites urbains/péri-urbains, des espaces publics/privés disponibles, délaissés ou détériorés ;

- en préconisant la récupération et le réemploi des matériaux, ainsi que la valorisation des ressources locales ;

- en choisissant de faire du jardinage et de produire des végétaux d’une façon qui respecte notre environnement, la nature et les saisons ;

- en favorisant la production, la diffusion et la plantation d’espèces locales, adaptées au milieu, et xérophytes (qui acceptent d’avoir peu d’eau) ;

- en montrant qu’il est possible de jardiner et de produire de l’alimentation soi-même, même quand on habite en ville ;

- en partageant et en diffusant les différentes techniques qui peuvent être employées ;

- en consommant un minimum d’eau, d’énergie, de transports, etc. ;

- en favorisant la bio-diversité floristique et faunistique ;

- en créant des jardins résilients et auto-suffisants.

2.2 - Objectif pédagogique

Sensibiliser et former la population :

Le jardinage et l’ensemble des actions et activités qui peuvent y être rattachées constituent un formidable outil de médiation et de sensibilisation : à l’environnement, au patrimoine végétal local, etc.

L’atelier peut permettre aux participants d’acquérir des connaissances dans des domaines tels que :

- le semis, le bouturage ou le marcottage ;

- la collecte de graines et de boutures ;

- la plantation d’arbres et d’arbustes ;

- la création de sols fertiles ;

- la fabrication de compost ;

- la construction de serres ;

- le maraîchage biologique ;

- l’économie circulaire ;

- etc.

Des rencontres et des croisements peuvent être envisagés avec d’autres disciplines comme la cuisine, la vannerie, ou l’apiculture, par exemple, ainsi que l’extension de l’atelier par le biais d’activités variées et plus ponctuelles telles que balades, visites, repas collectifs ou portes ouvertes.

2.3 - Objectif social

Cet atelier entend favoriser l’échange, le partage, le « faire ensemble », ainsi que l’accès au jardinage pour tous.

La conception et la gestion collective du jardin favorise le lien social : peuvent s’y cotoyer des individus de tous les âges, de toutes les origines, de tous les milieux sociaux, etc. La valorisation de cet espace peut aussi participer au tissage de relations entre habitants, collectivités, bailleurs sociaux, entreprises privées, etc.

Des aménagements appropriés et la construction de bacs de culture au design adapté ont pour but de faciliter l’accès au jardinage à tous les types de public, notamment les personnes en situation de handicap, les enfants, ou les personnes agées.

2.4 - Objectif thérapeutique

L’un des principaux objectifs de cet atelier, et peut-être le plus important, est de prendre plaisir à jardiner.

La pratique du jardinage permet, notamment, de renouer un lien avec le monde végétal et avec la nature. Par expérience, recréer ce lien amène à se reconnecter avec soi-même.

Le jardin donne l’occasion d’essayer des choses, et de rattacher notre expérience à certains principes de la réalité, par exemple : parfois les essais portent leurs fruits, d’autres fois non.

Participer à la création d’un jardin collectif écologique, durable, productif et résilient amène à des question- nements et à des actions qui peuvent s’avérer très constructifs dans l’écho que cela peut avoir chez une personne et dans son propre schéma d’existence.

3/ CONTENU de l’ATELIER

Voici une liste, non exhaustive, des activités qui peuvent être menées dans le cadre de l’atelier :

- Discussion, expression et évaluation collective des envies, des moyens et des possibilités ;

- Introduction à la permaculture et courte présentation de ses principes fondamentaux ;

- Explication et mise en application de la méthode O.B.R.E.D.I.M. ;

= Observation, Bordures, Ressources, Évaluation, Design, Implantation, Maintenance

- Conception et aménagement d’un jardin collectif en permaculture ;

- Fabrication de contenants adaptés, de bacs à jardiner à partir de matériaux de récupération ;

- Apprentissage des bons gestes et des bonnes positions à adopter pour jardiner ;

- Création de sols fertiles à partir de déchets récupérés et de matériaux naturels ;

- Préparation de purins, pratique du compostage, réalisation de cultures en « lasagnes » ;

- Semis, bouturage, et plantation d’arbres, d’arbustes, de fleurs et de plantes potagères ;

- Pratique des associations de plantes et rotations de cultures bénéfiques au potager ;

- Veille phytosanitaire, gestion holistique, intervention légère et traitements biologiques ;

- Mise en place de passerelles avec d’autres activités : cuisine, vannerie, apiculture, ... ;

- Création de lien et d’échange avec d’autres jardins, trocs, visites, portes ouvertes ;

- etc.